Justin Antoine Léon Patrimonio Patrick Timsit Voleur et comédien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Justin Antoine Léon Patrimonio Patrick Timsit Voleur et comédien

Message par Admin le Lun 28 Oct - 23:37

Justin Antoine Léon Patrimonio

Personne ne m'a rien laissé, à part peut être la commedia dell'arte qui m'a inspiré, pour devenir aujourd'hui tous ces personnages à la diversité incomparable, je suis tantôt un homme et l'instant suivant sa femme, le vieux cocu, ou la belle Dame, le médecin véreux, ou le malade imaginaire... Je suis celui qui a connu Molière en goûtant le voyage dans le temps, qu'Eusebius a su me faire vivre ! Non vraiment, aucun héritage, pas même une pièce d'or si elle n'est pas gagnée, en me laissant, mes parents ont tout emporté, je suis orphelin de tout héritage, sauf peut être mon nom !  Justin Antoine Léon, Patrimonio, j'ai été gâté hein ? Giustino, Antonio, Leone.... Ils ont fait fort les vieux ! Ils pensaient que plus les prénoms seraient bons, plus je serais sage, et le lion de fin, c'était pour la force qu'il pourrait me donner ! Quand à mon patronyme, le pauvre le tenait de son père et du sien avant lui ! Et oui, ça veut dire Patrimoine, mais ça veut pas dire que c'est un cadeau, dur à porter et quoi de plus simple que de finir rigolo, gigolo et voleur ! Je me contente de peu, pourvu que cela vous soulage

je sors de ma mère en hurlant, on disait de moi que je n'en finirais pas, et que ma voix si forte allait tuer des oreilles, j'avoue que si je ne chante pas, le temps se radoucit, mais si je vous dit que je connais les notes comme les mélodies, sans en abimer les temps ? Croyez moi, j'ai beaucoup de talents. Je ne paie pas de mine, il est vrai, mais venez me voir de plus près, jaugez vous même, je suis en tous points parfait, de ma gueule d'ange, même si je ne suis pas superbe, à mes doigts de fée qui savent faire des poèmes !  L'agilité en ces endroits ne s'invente pas, et je peux vous affirmer avec conviction, que ma langue fait tout autant de vers, aucune Dame, d'ailleurs, ne s'est plainte de quelque façon, ni sur l'un ou l'autre de ces membres, osseux ou non ! J'ai grandit dans l'amour de ma mère, que Dieu ait son âme, puisque mon paternel a gagné le reste, et qu'ils ont scellé pour l'éternité leur amour dans le bois... D'abord à leur rencontre, d'un coup de canif sur un arbre, celui là même qui leur servit de lit pendant leurs ébats, où je fus conçu dans l'outrage et le déshonneur, pour ensuite l'utiliser à leur dernière demeure ! Une sacré économie hein ? Pour sûr, un arbre entier qui a servit toute leur vie ! Il était gros je vous rassure, même si mes géniteurs n'était pas bien grands, il n'en étaient pas moins petits !Déjà enfant, je faisais le bonheur de mes voisines, nous jouions être malade, et bizarrement, j'étais souvent le docteur... Ne me demandez pas comment je me débrouillais avec ma bouille, et ma voix un peu cassée, j'étais le trésor des filles et aux mâles le condamné ! Jeune homme, je n'avais pas trop besoin de travailler, mais je fis de la scène mon métier, car à choisir entre charpentier, menuisier, marchand, garde ou autre métier fatigants, je préfère le rire que je peux donner aux gens ! En cela je gagne le respect et sans en faire trop, je gagne un peu ! j'avoue que ma passion et mon défi, sont l'agilité dont je fais preuve à caresser la bourse de mes victimes, sans qu'ils ne se rendent compte de rien ! Quand je dis bourse, vous aviez saisit que je parlais d'argent ou d'or ! Je suis un ladre, gentil et rigolo, mais je le suis ! J'ai coutume de me donner en spectacle ou ailleurs, je taquine et m'inspire de chacun de vous, je dévore vos vies et m'initie à votre insu, dans tout ce que je trouve de vous intéressant.  Et à 20 comme à 30 ans, je ne fais que m'expérimenter d'avantage, je tartuffe, je Sganarelle, ou je Piero d'avantage, pour vous plaire et gagner vos florins... En avez vous ? Oui ? J'arrive !!!1763  la louve à 35 ans…Emporté par la foule, je me traine, ils m'entrainent, et je vous sens soulagés...  C'est dans ces moments là que la vie reprend ses droits, par le règne de la main basse et l'agrément d'une assiette bien garnie ! Cependant... Le rêve n'est jamais celui que l'on croit meilleur, on aurait voulu être un artiste, un chanteur, un auteur... et nous sommes le plus souvent, l'écrivain incompris de nos misérables vies... Jamais je n'eut l'occasion de porter un titre, si ce n'est mon nom, me venant tout droit en héritage, d'un père ivrogne et d'une catin, mais jamais il n'avait regretté d'avoir épousé celle qui m'avait fait, car personne ne lui avait donné autant de bonheur que de plaisir et ce jusqu'à la fin !Je traine dans les rues, les marchands ambulants me connaissent, d'ailleurs sur le marché, je ne vole pas sur les étals, ce sont eux qui me donnent, parfois une pomme, ou un morceau de pain, mes pitreries paient mieux qu'un seul florin, et c'est ainsi qu'aujourd'hui, je ne manque de rien, entre les soies jolies de corps féminins, et les truffes disgracieuses des nobliaux en mal de rires, à qui je fais pleurer souvent de plusieurs façons, pour m'acquitter d'une solde bien maigre, mais d'un satisfaisant repas de cochon... On me fait crédit, mais je ne paie personne, je suis bienheureux, le ravi et l'amant, on m'invite, me supplie et me demande, je suis. de Molière l'un des enfants, sans que son sang ne coule dans mes veines, et pourtant comédien je me sens, amoureux de la vie, ne m'attachant à personne, je suis... et resterais toujours un grand enfant !
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 143
Date d'inscription : 13/11/2012

http://veniseladecadent1763.forums-rpg.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum