Giacomo di Casanova Vincent Perez Chevalier

Aller en bas

Giacomo di Casanova Vincent Perez Chevalier

Message par Admin le Lun 22 Avr - 11:52

Qui es-tu ?

.



                  Giacomo Di Casanova
                  Vincent Perez



    ♦ Quelques Précisions ...

    Age : 38 ans
    Métier : Charmeur et Chevalier (titre qu’il s’est attribué lui-même)
    Particularités :

    Avatar : Vincent Perez


    ♦ Racontes nous ton Histoire ...

    histoire :

    Il a ses entrées au Palais du Doge, ayant courtisé et aimé autant la louve que Luisa, il connait à lui seul, plus de femmes que le curé en confession, et prend autant de plaisir à se rendre aux festivités, qu’à se bercer auprès de ces dames, dans leurs jupons !

    Sa maison est à Venise, ville où il a vu le jour, et aussi décadente qu’il en est lui-même, offert en pâture à ces femmes souvent sans visage, il contemple sa ville et sa vie pareillement, en aimant l’une et l’autre de la même manière, c’est la toute la poésie de l’homme amant !

    L’alchimiste est de ses amis, depuis son enfance il va lui acheter des potions, mais ce sont des produits anodins, ou presque, des huiles pour des massages, du parfum envoûtant, du savon aux senteurs fleuries et bien d’autres petites choses… moyennant quoi, il troque ces petites choses, contre non pas de l’argent, du vin ou quelques liqueures qu’on lui a, à lui-même donné.

    Venise, il la connait comme sa poche, il vaut mieux pour lui, car avoir pour poursuivant un mari trompé, ou un garde, il faut savoir courir vite, se battre et savoir où on est ! Le labyrinthe vénitien que sont les ruelles, si elles ne mènent pas à Rome, savent mener toutes à la Piazza San Marco ! Un plaisir de connaître aussi beaucoup de gondoliers, qui sans attendre l’embarquent, pour le mener ailleurs et surtout très loin, afin de ne pas finir embroché sur une fine lame ! Et si parfois, l’homme était découvert, élégamment il s’incline en disant avoir fait honneur à la Dame, pour couvrir le déshonneur de celui-ci de ne pas l’avoir assouvie.

    Que l’on croit de lui, qu’il fut un homme de peu de scrupules, ou encore que la honte n’effraie pas, sachez que chaque femme qu’il a conquise, chacune d’entre elle fut aimée, et aucune délaissée au compte d’une autre, car même après la première nuit, il les aimait toujours, amoureux de la femme dans toute sa splendeur, pour assouvir les désirs qui l’habitent et ceux qui chez elles, domineraient leurs corps !!!



    histoire du personnage :

    Giacomo Casanova, né en 1725 à Venise fut tour à tour violoniste, écrivain, magicien (dans l'unique but d'escroquer Madame d'Urfé : Jeanne Camus de Pontcarré, par son mariage Jeanne de la Rochefoucauld, marquise d’Urfé (née en 1705), était une veuve excentrique, férue d’occultisme et d’alchimie. Riche et crédule, elle est plus connue comme la Madame d’Urfé (parfois Madame Durfé) comme en parlent le comte de Saint-Germain, le comte de Cagliostro, et Casanova.), espion, diplomate, bibliothécaire mais revendiquant toujours sa qualité de « Vénitien ».
    Il utilisa de nombreux pseudonymes, le plus fréquent étant le chevalier de Seingalt (prononcer Saint-Galle) ; décidé de publier quelques écrits en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ».
    Il a à son actif, une œuvre littéraire abondante, mais Casanova est célèbre comme aventurier et surtout comme l’homme qui fit de son nom le symbole de la séduction. Il savait user aussi bien de charme que de perfidie pour conquérir les femmes. Sa réputation n’a d’égale que son charme, et fait valoir ses titres que personne d’autre que lui, n’aurait pu lui attribuer. Il y mentionnera dans ses futurs écrits, 142 femmes avec lesquelles il aurait eu des relations sexuelles, dont des filles à peine pubères et sa propre fille, alors mariée à l’un de ses « frères » francs-maçons, avec laquelle il aurait eu le seul fils dont il eût connaissance. A vous de vous approprier ce personnage unique en son genre !
    Bien qu’il soit souvent associé à Don Juan comme séducteur, sa vie ne procédait pas de la même philosophie : ce n’était pas un collectionneur. Parfois présenté comme un pantin ou un fornicateur mécanique, qui se détourne de sa conquête dès lors qu’elle s’est abandonnée à lui, il s'attachait, il secourait éventuellement. Personnage historique et non de légende, jouisseur et exubérant, il vécut en homme libre de pensée et d'action, des premiers succès de sa jeunesse à sa longue déchéance, qui ne sera pas décrite ici, ni dans les rp’s, ne prenant part qu’à sa majestueuse grandeur et décadence. Le peintre Francesco Casanova était son frère.
    « L’homme ne peut jouir de ce qu’il sait qu’autant qu’il peut le communiquer à quelqu’un. »
    L’Icosaméron.

    Alors qu’il vit dans sa demeure, tout en squatant la nuit ou le jour dans bien d’autres, il est de ces hommes dont le panache formidable, explose et s’expose aux yeux de chacun, ouvert à toute proposition, il dispose plus qu’il ne doit souvent, amoureusement conquit par ces belles et affriolantes demoiselles, relevant tel un défit, de croiser leur regard et occuper leur lit !

    1763 à 38 ans…il est toujours ce bel homme élégant, s’assurant une vie confortable, sur la fortune des autres, il ne demande pas, elles lui offrent, il ne prétend que son statut et son titre, et on lui donne les valeurs qui vont avec, tout comme cette maison avec domestiques, dont il ne paie rien de sa bourse, accompagné d’un fidèle serviteur aussi charmant que lui… les chiens ne font pas des chats, et en vivant près d’un maître tel que Casanova, comment résister à vouloir parfois se substituer à cette grande figure !

    L’homme n’est riche, que par ce qu’on lui prête de fortune, il est joueur, grand et pervers, amoureux des corps de ces dames, et joue sa vie à chaque fenêtre dont il enjambe les dormants, cependant, l’église le garde à l’œil, le considérant comme une âme corrompue, défiant le très haut et se grisant des diableries… il est pourtant avec cette gente féminine, le parfait gentleman, s’inclinant volontiers contre quelques heures à lui accorder, et son sourire enjoleur parvient plus souvent à ses fins, malgré que toutes ou presque, connaissent sa réputation !

    La grâce n’a d’attrait sur le tableau, que s’il caresse le modèle pour s’abreuver de ses traits, la moindre courbe est un délice à reproduire, se faisant passer pour un artiste invétéré, il devine sous la robe, les jupons dévoilés, et mire sans vergogne par des vers bien prononcés, ces belles qu’il a déjà hâte de coucher, sur le vélin qui fera de son livre, l’œuvre de toute une vie passée !



    ♦ Qui es-tu vraiment ?

    Portrait moral (caractère , ...) :






    Description physique :



    ♦ Divers ...

    Liens éventuels sur le forum (amis, ennemis, famille ...) :




De l'autre côté de l'écran ...



    Prénom ou Surnom :

    Sexe :

    Age :

    Comment avez-vous connu le forum ?

    Des idées ou suggestions par rapport au forum ?

    Vos disponibilités pour poster:

    Les 3 Mots de passe présents dans le règlement: […] […] […]

avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 143
Date d'inscription : 13/11/2012

http://veniseladecadent1763.forums-rpg.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum